Une famille qui voyage

GR20 en famille avec un enfant, avis.

GR20 enfant
GR20 enfant

GR20 avec un enfant, un débutant ?

Vous souhaitez faire le GR20 avec un enfant, un ado ou vous êtes débutant ? Vous vous posez des questions sur la faisabilité, les difficultés de cette grande randonnée Corse ?

Nous avons parcouru le GR20 Sud (jugé moins technique) en 7 jours de Vizzavona à Conca avec notre fille de 9 ans. Voici donc notre retour d’expérience, nos conseils et notre avis.

Retour d’expérience sur le GR20 avec un enfant

Tout d’abord, nous avons vécu une aventure inoubliable en famille et notre fille nous a épatés, tant sur sa force physique que mentale. Habituellement nous pratiquons la randonnée en étoile. C’était notre premier trek en itinérance et nous avons hâte de découvrir d’autres chemins de cette façon.

Pourtant, même si tout s’est bien passé, nous n’envisageons plus de faire le GR20 Nord avec elle. En tout cas, pas avant quelques années, on attendra qu’elle soit consciente du danger et libre de faire ses choix.

Pourquoi ? On vous explique tout ci-dessous.

Les difficultés du GR20

Distance et dénivelé du GR20

Le GR20 ce n’est pas la petite balade du dimanche. La totalité du trek compte 16 étapes, réparties sur 180km et plus de 10 000m de dénivelé positif. Mais ça je me doute que vous le savez déjà.

Donc si vous êtes adeptes des randonnées en famille en montagne, vous vous attendez à monter et descendre pendant des heures.

En Corse, les montées sont rudes et les pentes raides. Les passages rocheux et techniques sont quotidiens et vous devrez enchaîner dans une même journée des dénivelés positifs et négatifs importants. Si ça passe les premiers jours, la fatigue s’accumule et on peut vite s’épuiser et se blesser.

Le terrain du GR20

Cela dit, ne vous fiez pas uniquement à la distance et au dénivelé de chaque étape du GR20. En montagne, tout dépend aussi de la difficulté du terrain. Et celui-ci est différent des Alpes et des Pyrénées, il est plus escarpé, moins roulant.

Le sol du GR20 est particulièrement rocailleux. Avec ce type de sol, on a beau être habitué ou bien préparé, on a vite fait de se tordre la cheville ou de trébucher. De plus, on se retrouve régulièrement à la queue leu leu et les éboulements constituent un danger permanent.

Mais surtout, il y a des endroits où il faut mettre les mains, et là, ce n’est plus de la randonnée, mais de l’escalade no secure. Il vaut mieux ne pas avoir le vertige, car vous êtes souvent à flanc de falaise, en haut des crêtes et une chute peut s’avérer fatale. Et je ne vous parle pas des variantes alpines. Prévoyez donc des chaussures bien agrippantes, même sur roche glissante.

Et votre sac à dos, surtout s’il est lourd et imposant, peut vous déstabiliser, surtout en cas de vent. Faire de l’escalade avec un sac à dos de 20kg c’est beaucoup moins fun, je vous assure.
Assurer un enfant, même s’il est téméraire (bien souvent il n’a pas la notion de danger), ce n’est pas évident non plus avec un sac à dos. Ma fille a adoré faire Spiderman sur les crêtes, moi, j’ai moins apprécié ces moments, car j’avais peur pour elle.

La partie Nord peut rester enneiger jusqu’à la mi-juin. L’utilisation du matériel d’alpinisme (crampons et piolet) sera nécessaire dans les névés.

Bref, le GR20 est un “sentier” incomparable aux autres randonnées (parfois c’est plus de l’escalade), il est plus technique, plus dangereux, les refuges sont plus rustiques, bien souvent il n’y a pas de couverture réseau et la météo peut être très rude.

La météo

La météo est très changeante, comme c’est souvent le cas en montagne. Il peut faire très chaud et très froid dans la même journée. Durant les mois de juillet et août où les températures sont très élevées, les orages sont très fréquents, surtout l’après-midi. C’est pour cela qu’il faut démarrer tôt le matin (7h) et arriver au gîte avant 14h.

Parfois, il faudra même attendre une météo plus favorable. Certaines parties du PRNC peuvent aussi être fermées lors de risque incendie l’été. Il faudra donc être souple dans vos dates de départ.

La moyenne des étapes sur le GR20 varie de 5h à 7h de marche, sans compter les temps de pause. Le problème, c’est qu’avec un enfant, le temps de parcours sera plus long et vous aurez plus de chance de tomber sur ces orages.

La brume recouvre les crêtes en quelques minutes et vous ne voyez plus à un mètre. Il est très facile de se perdre ou de glisser.

Nous sommes partis au mois de juillet, nous avons eu : soleil implacable, pluie battante, orage et brume. Nous avons marché avec des chaussures humides pendant deux jours, alors que sur les plages il faisait 30°C. Les nuits étaient très fraîches, nous avions un sac de couchage 5°C, un drap de sac, une polaire et un legging. On était juste bien !

Les accidents sur le GR20

Les accidents sont très fréquents sur le tracé du GR20, parfois ils sont même mortels (éboulement, chute, foudroiement, hypothermie). Il y a environ 200 interventions par an. Il suffit de trébucher et de se tordre la cheville, et le seul moyen de repartir est via un hélicoptère (interventions à la fois risquées et fort coûteuses).

Le sentier n’est pas à la portée de tous, il faut impérativement être en bonne condition physique et avoir un équipement adapté avant de s’y engager.

Se tester sur le GR20 Sud

Pourquoi le Sud ?

Cela vous permet de visiter les terres pendant 7 jours et de continuer ensuite votre périple vers la mer. C’est ce que nous avons fait personnellement et c’était parfait pour découvrir l’ile.

Bien moins “coriace” que la portion Nord, il ne faut pas pour autant sous-estimer les difficultés de la partie Sud, cette randonnée reste un vrai challenge. Le GR20 sud compte 7 étapes, réparties sur 90km et plus de 4000m de dénivelé positif.

Il y a aussi une partie escalade no secure sur les crêtes (étape Prati/Usciolu). Le GR20 avec un enfant n’est donc pas conseillé, il y a pleins d’autres randonnées à découvrir et moins dangereuses.

Randonner sur le GR20 avec un enfant – Les questions à se poser

Quand on a la responsabilité d’un enfant on doit être raisonnable, évaluer les risques. On se doit de montrer l’exemple et d’assurer quoi qu’il arrive. Il faut donc toujours rester positif, ne pas se plaindre et ne pas paniquer. Tout dans votre posture doit rendre l’enfant confiant, content et motivé.

Demandez vous aussi si votre enfant appréciera marcher durant des heures en plein cagnard, sous la pluie, supportera-t-il l’inconfort des douches froides ? Et s’il craque, s’il ne veut plus avancer, vous faites quoi, vous appelez l’hélico ?

L’enfant ne doit pas vivre la randonnée comme une obligation ou une contrainte. Le but n’étant pas de le dégouter.
Il faudra le motiver, l’intéresser : définir des objectifs à atteindre, observer la nature, regarder les animaux, suivre le balisage.… Ma fille a doré jouer au guide.

Dans tous les cas, il ne faut jamais forcer un enfant à marcher et toujours tenir compte de sa fatigue. Quel que soit son âge, il faut faire des pauses régulièrement pour qu’il puisse se reposer, boire et manger.

S’il en a marre de porter son sac, vous devrez porter le sien en plus du votre. De plus, un enfant ne doit pas porter plus de 10% de son poids, un adulte 20%. Le problème c’est qu’il ne pourra pas porter toutes ces affaires. Vous aurez donc plus de poids à porter. Vous ne serez donc pas au top pour l’assurer.

Un enfant ne marchera pas de manière régulière, il fera du fractio. Souvent il faudra le freiner ou le trainer.
D’autant qu’à son âge, il ne saura pas formuler convenablement ses besoins et jauger son propre état. Soyez vigilant pour l’hydratation.

Essayez un maximum de le préparer à ce que sera ce voyage en famille.

Ce n’est pas parce qu’il est petit qu’il faut négliger l’équipement de votre enfant. Votre enfant sera fier aussi d’avoir un sac à dos comme les grands. Et tout comme vous, il faudra les tester avant de partir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *